La Chasse aux Sorcières

La sorcellerie a toujours existé, par contre, la chasse aux sorcières est un phénomène historique par lequel d’innombrables êtres humains (surtout des femmes) furent soumis à d’abjectes tortures par leurs semblables et condamnés à une mort atroce. Ces femmes ne furent pas persécutées par la populace, mais bien par les hommes les plus cultivés, religieux et érudits de leur temps.

Au XIe siècle, la sorcellerie est associée à la magie et au merveilleux. Les choses se gâtent au XIVe et XVe siècles. Désormais, pour l’Église, tous les adeptes des sabbats sont coupables d’hérésie. C’est du XIVe au XVIIe siècle que le pouvoir de l’État et celui de l’Église firent cause commune pour exterminer les soi-disant sorcières. Durant cette période, un demi million de personnes environ (davantage selon certains chroniqueurs) furent exécutées pour sorcellerie. Des centaines de millions de personnes, des femmes dans 80 % des cas, furent brûlées parce qu’elles participaient à des Sabbats où elles retrouvaient le Diable. Afin de conserver sa domination sur le peuple, l’Église se disculpe (elle ainsi que la noblesse) du désastre économique et social, en rejetant la faute sur ces femmes qui volaient dans les airs, gâchaient les récoltes, tuaient les bébés, propageaient la peste parmi les animaux.

La chasse aux sorcières permit de disculper la classe dominante et l’Église, en transformant les pauvres les malheureux et les femmes en autant de boucs émissaires. Ainsi, l’Église passa pour « protectrice du peuple contre les forces du mal ».